Kevin Wainwright

KevinWainwrightKevin Wainwright déambulait sur la place centrale avec la démarche gaie du marin ayant un peu trop bu. Au lieu de laisser derrière lui les classiques nuages de poussière qu’on aurait été en droit d’attendre, ses chaussures cirées semblaient à peine toucher le sol, si c’était bien le cas. Kevin remarqua un trio de dames en train de bavasser juste à côté du Pearly. De l’intérieur de la plus grande salle de danse de Gomorra, le son désaccordé d’un piano martelait en rythme une version juste convenable du French Can-Can, et ce, par-dessus les bruits de talons de la troupe.

Sa tentative d’un chaleureux “Bonjour Mesdames” se perdit dans un caquètement bruyant qui se termina en un sifflement identique à celui de la vapeur qui s’échappe d’une bouilloire brûlante. Comme il avait vu faire Ivor Hawley de si nombreuses fois, Kevin ôta son chapeau haut de forme qui ne ressemblait plus à rien avec un mouvement exagéré de rotation sur lui-même, allant même jusqu’à presque s’aplatir en plein milieu de la rue. Durant ce temps, les dames lui rendirent son bonjour avec des gloussements nerveux et des regards en coin alors qu’elles abaissaient leurs ombrelles à frange devant elles pour éviter de poser le regard sur cet étrange petit personnage alors qu’il trébuchait en passant devant la salle de danse.

En fait, Kevin n’était pas vraiment intéressé par les dames. Mr Hawley lui avait confié, à lui et à lui seul, de remettre une lettre qui était bien rangée dans la poche secrète de son manteau. Le sceau de cire rouge d’Ivor appuyait tant contre sa chemise qu’il imaginait presque qu’il était en train de lui brûler la peau. Tournant autour de lui-même, il regarda à droite et à gauche plus d’une fois pour s’assurer qu’Ivor Hawley n’était pas là pour remettre en cause les efforts de courtoisie qu’il avait faits. En fait, Kevin souhaitait malgré tout qu’Ivor apparaisse. Toute chose finissait par bien tourner en la présence du Maître de l’Anneau.

La seule pensée d’Ivor Hawley rendit à Kevin le sens des priorités. Il reprit sa marche étrange à travers la ville. Essayant de se rappeler les directions données par Ivor après chaque bâtiment franchi, Kevin finit par ralentir et regarda attentivement de part et d’autre à travers son œil valide.

“C’est là,” se dit-il après avoir traversé la rue et avoir donné une série de petits coups insistants sur l’épaisse porte en bois. Après une courte attente, Kevin fut introduit dans une sombre antichambre, puis dans l’étude en elle-même. Kevin alla chercher l’enveloppe dans sa poche. Même en se tenant sur la pointe des pieds, il arrivait avec peine à la hauteur de l’imposant bureau en acajou qui le séparait du visage plongé dans l’ombre de la personne assise derrière le bureau. “Mr Hawley voudrait contribuer à votre campagne”, finit-il par dire d’une voix aiguë et mielleuse.

Advertisements