Lucy Clover

Les portes du Chien Mort volèrent en éclat sous l’impact d’un homme à la tête ensanglantée qui s’effondra la tête la première dans la poussière de la rue. Elles s’ouvrirent à nouveau sous l’impulsion d’un second homme, plus grand, autant par la taille que par le renom, qui avança avec dédain. Il se saisit d’une allumette, la gratta contre le poteau près de lui et enflamma le cigare qu’il faisait jouer entre ses dents.

Mon vieux m’a toujours dit que si tu voulais tricher, fallait être meilleur que celui à l’aut’ bout de la table“, dit-il alors qu’il posait le pied sur le sol poussiéreux. “J’parie qu’t’aimerais bien qu’on soit frères, là, maintenant, hein, Simpson ? Bah… c’est le prix à payer pour une pauvre éducation“. Il inspira une longue bouffée de fumée et posa la main sur la garde de son couteau.

Je ne ferais pas ça si j’étais toi, Séville.” La voix était haut perchée, mais dure… Suffisamment pour que le hors-la-loi se tourne et croise le regard calme de Lucy Clover. La jeune femme vint se placer entre les deux hommes.

LucyCloverT’as donné ton point de vue, maintenant, tu rentres gentiment l’intérieur.”
Marion Seville ricana brièvement. “T’es pas sérieuse. Le shérif est si désespéré que ça qu’il passe des enfants adjoints ?“.

J’suis assez grande pour me faire respecter d’une engeance comme la vôtre. Alors rentrez“.

Marion retira calmement le cigare de sa bouche, expulsant les dernières volutes de fumée alors qu’il s’approchait de Lucy. Il envoya une chiquenaude dans le badge que la jeune femme arborait sur sa poitrine. “La loi n’a rien à dire, ici, fillette. Cet homme a triché. Il est à moi“.

Alors je vais l’emmener au shérif et c’est lui qui décidera quoi faire de lui. Mais tu ne poseras plus la main sur lui aujourd’hui.

Toute trace d’amusement disparut du visage de l’homme, et il se pencha jusqu’à ne plus être qu’à quelques centimètres de Lucy. “Tu penses vraiment qu’t’es celle qui va m’arrêter, p’tite fille ?” Le son d’un chien de pistolet qui s’arme se fit alors entendre. Le corps du hors-la-loi se tendit un peu, alors qu’il sentit le canon de l’arme faire pression à un endroit bien particulier de son anatomie.

Mon papa m’a toujours dit que si t’es petite, assure-toi d’être plus intelligente que l’imbécile au couteau… Maintenant RENTRE.

Marion serra les dents, frustré, poussa un soupir et recula, s’éloignant de l’arme de la jeune femme. “Bien“, souffla-t-il, alors qu’il faisait demi-tour, assommant presque un autre homme qui sortait du saloon alors qu’il rentrait, furieux. “Ça sert à rien de salir plus que ça mes bottes aujourd’hui de toute façon.

Advertisements