Une diligence arrive en ville

Jonah Hex jura à voix basse. Il détestait que les choses ne se passent pas comme prévu.

Allie avait envoyé un message à Jonah le prévenant qu’une diligence arrivait, à destination de la Morgan Cattle Company, tôt dans la matinée. C’était probablement la dernière chose qui se soit passée comme prévu.

Le premier pépin avait été la disparition de Pancho quelques heures avant l’attaque. Dans l’urgence, Sloane avait choisi Silas pour le remplacer. Les deux étaient habiles avec une arme, mais Silas était un peu plus sévère, surtout lorsque son cadet, Fred, était concerné.

Le second avait été le retard de la diligence. Attendre allongé de pouvoir attaquer une diligence n’est pas une activité des plus réjouissantes, mais lorsque celle-ci arrive avec plusieurs heures de retard, ça devient vraiment difficile. Les corps s’endolorissent et s’impatientent… et les gens deviennent curieux. Lane Healey avait parcouru la grand’ route dans les deux sens plusieurs fois, guettant un signe de l’attelage.

Le troisième problème était la cargaison ; il semblait n’y avoir que les pièces d’une sorte de machine. Personne ne savait quoi exactement.

« C’est n’importe quoi. Pourquoi Morgan voudrait de tout ça, et ne pas transporter d’argent à bord ? » demanda Fred avec colère, en donnant un coup de pied à l’une des roues du véhicule. « Je dis qu’il faut brûler la diligence. Morgan pense que la ville est à lui ; montrons-lui que toute la vallée est à nous ! »

« Non », dit Sloane. Sa voix était basse, mais les calma comme l’aurait fait un coup de feu. « Nous avons envoyé un message suffisant. Nous avons toujours besoin de ce que le cocher essaie de nous cacher. »

« M’dame, non, m’dame ! C’est tout c’que j’transporte, y a rien d’plus ! » cracha ce dernier, peut-être un peu trop rapidement.

« J’en doute. Si Sloane dit que tu caches quelque chose, alors il y a de grandes chances que ce soit le cas. » dit Jonah d’un ton méprisant.

« Sloane ? Vous êtes le gang de Sloane ? »

« En chair et en os, mon gars. » Silas restait calme, son arme pointée sur l’homme.

« Mais j’croyais que Sloane était un homme ? »

Sloane sourit et s’avança. « Ne crois pas tout ce que tu lis dans les romans bon marché. Sauf la partie qui dit que je m’échappe toujours, ou celle qui raconte que je tue ceux qui ne coopèrent pas. »

Le conducteur avala bruyamment. « J’vais perdre mon travail si Healey en entend parler… mais ça ne vaut pas d’mourir pour ça. C’est caché sous mon siège. »

Tout sembla immobile pendant un instant, à l’exception de la poussière qui tourbillonnait en silence.

Jonah réfléchissait à ce qu’il fallait faire, tandis que Silas attrapa l’homme pour le mettre au sol. Fred bondit pour examiner le siège. « C’est verrouillé. Tu as la clé ? »

« Non, ils m’ont dit que quelqu’un à Gomo- » L’homme fut interrompu par Silas qui le frappa à la nuque avec la crosse de son revolver, le rendant presque inconscient.

« Arrête, je vais l’ouvrir. » Jonah savait que s’il n’intervenait pas, Silas continuerait à battre l’homme, attisant la colère de la loi encore plus que nécessaire. Les yeux de Jonah se remplirent d’une lumière surnaturelle, et une série de cartes à jouer apparut, comme par magie. Ce qui était le cas, d’une certaine manière, Jonah étant un huckster. Le verrou émit un claquement et Fred l’ouvrit.

« Yahoo ! Une grosse boîte pleine de roche, et un sac rempli d’argent US. Sûrement cinq cents dollars ! » annonça Fred.

Sloane fit un pas en avant. « Prend la roche fantôme, laisse l’argent. La roche vaut bien plus, et je veux suivre une intuition avec Allie d’ici quelques jours. »

Jonah regarda au loin. « Quelqu’un va arriver bientôt. »

Le conducteur, encore hébété, mis la main dans son manteau, attrapant quelque chose.

Le coup de feu résonna dans la vallée, tandis que de la fumée s’élevait du canon de l’arme de Silas. Le conducteur était mort.

« Crétin ! Ils vont venir plus vite, maintenant, et nous voilà des meurtriers. Tout ça pour quoi ? » grogna Jonah en grinçant des dents.

« Il allait sortir un flingue ! » dit Silas.

Sloane s’agenouilla près du corps, la mine renfrognée. Du sang avait giclé sur son genou et son holster. Elle fouilla le manteau de l’homme : pas d’armes, juste des papiers. Sloane les examina et sourit.

« Il faut y aller », ordonna Jonah à Fred, qui attachait un foulard rouge sur l’essieu de la roue. Les quatre montèrent à cheval et s’éloignèrent vers leur camp. Jonah amena son cheval à côte de celui de Sloane. « Alors, ces papiers ? » Sloane les lui passa. « Un titre de propriété… sur la ville de Sodome ? Alors, ils essayaient de nous chasser. »

« Ils n’y seraient pas arrivé. Mais maintenant que nous avons le titre, c’est notre ville. » dit Sloane. Jonah regarda tandis que Sloane sourit et posa la main sur son holster.

 

Advertisements